This blog is available in English

12.6.14

Qu'est-ce qu'un startiste?

Mon expérience personnelle de la vie «startup» a été bien plus que la découverte de la joie de mettre en oeuvre des idées, ou de jouir de la liberté de décider tout seul, sans rien demander à personne, comment planifier mes 22 heures de travail par jour.

J'entrevois dans les startups une mutation évolutive, un changement de paradigme (dans le sens que Thomas Kuhn donnait à cette phrase) dans le capitalisme classique, qui pourrait (mais c'est loin d'être certain) effectuer des transformations souhaitables dans le comportement de notre espèce.

Je compte employer le mot «startiste»* plutôt que «entrepreneur» pour identifier sans ambiguité ce segment de la population que je souhaite servir avec ce blog. Un entrepreneur peut lancer une société minière ou une usine d'aggrafeuses. Un startiste en toute probabilité ne lancera pas une telle entreprise. Voici, en désordre, les caractéristiques des startistes qui les distinguent d'autres personnes avant des ambitions entrepreneuriales:

  • Dans la réflexion et la planification, poids égal donné à la création d'une structure commerciale et à la création d'une communauté. Cette communauté peut avoir des limites vagues, changeantes ou poreuses: ce peut être seulement l'équipe de co-fondateurs, ou un plus grand cercle de contributeurs, ou encore un cercle plus large comprennant clients et consommateurs. Mais l'intendance de cette communauté est, pour le startiste, un but en soi et pas seulement un moyen d'optimiser la performance commerciale.
  • Une posture morale explicite. De nombreuses startups sont lancées par des gens plein d'intelligence et d'énergie souhaitant mettre en oeuvre la nouvelle-nouvelle idée, se faire racheter par un grand groupe, et passer à la suite. Je leur souhaite beaucoup de bonheur et de succès mais je n'ai pas grand-chose à leur dire. Ceux sont, pour moi, l'équivalent intellectuel de «monogames en série» passant d'une amourette entrepreneuriale à la suivante sans aspiration à servir au bien commun. Ceux que j'éspère trouver et contacter, tiennent compte de l'impact social de leur entreprise et intègrent ces conséquences à leur planification, même jusqu'à la conception et au dévelopement du produit.
  • Un point de vue esthétique. Toute startup, cela va de soi, s'efforce de rendre son offre «jolie» ou «cool» pour améliorer ses chances de pénétrer dans le marché. Mais les startistes (tout comme leurs cousins, les artistes) sont mués par une voix intérieure à insuffler élégance, pertinence et beauté aux fruits de leurs efforts. Dans une société dirigée par des startistes, comme ailleurs, on fait attention aux retours des clients, aux métriques d'utilisation, et ainsi de suite. Ces données sont des facteurs qui influent le résultat, mais ne le décident pas. Une société de startistes écoute sa clientèle, mais elle parle, aussi.

J'emploierai donc ce mot «startiste» dans mes textes pour bien souligner la distinction que j'ai tenté d'élucider ci-dessus, et pour bien définir les interlocuteurs que je souhaite.

Si vous êtes un entrepreneur dans une startup, mais vous ne vous reconnaissez pas dans cette description, je vous assure que je ne vous veux que du bien. Mais j'estime que vos intérêts sont déjà bien servis par le contenu déjà disponible en ligne et dans la presse, et je soupçonne que mes écrits & activités ne vous rendront pas service. Je ne veux convertir personne; bien au contraire, mon intention est de prêcher seulement aux convertis.

 

* J'emploie le mot «startiste» dans le plus grand respect et avec déférence envers Startist, une startup à New York avec un très beau modèle commercial, qui emploie ce même mot à des fins très différents des miennes. retour

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire